Vous êtes ici : Accueil > Métier du CPE > Droit dans la Vie Scolaire > Droit > L’élève humilié. L’école, un espace de non-droit ?
Publié : 18 décembre 2006

L’élève humilié. L’école, un espace de non-droit ?

PIERRE MERLE, Education et Formation, P.U.F. 2005, 218 p.

Une fiche de lecture rédigée par Mikaela Cordonnier.

La problématique :

Pour Pierre MERLE, le contexte social actuel est marqué par des changements majeurs (mondialisation, précarisation…) qui rejaillissent inévitablement sur l’école. L’importance prise par la réussite scolaire comme moyen d’échapper à une possible relégation sociale fragilise les élèves, notamment ceux issus des classes populaires, et accroît les tensions avec leurs enseignants. Pensée comme la « façon détournée de favoriser l’apprentissage des règles de bonne conduite propres à l’organisation de l’école » (p. 5), la reconnaissance de droits au profit des élèves entraîne une juridicisation certaine des relations scolaires, par l’apprentissage de la citoyenneté et de la responsabilité individuelle pour les élèves et par la réduction de la marge de liberté d’encadrement des chefs d’établissement et des professeurs. Elle ne parvient cependant pas à résoudre une conflictualité qui se joue principalement dans l’espace clos, contraint et peu connu de la classe (p. 9), et renvoie « à un ensemble de situations que les élèves jugent offensantes, outrageantes, rabaissantes et finalement préjudiciables à une reconnaissance minimale de soi inséparable de toute relation éducative et plus généralement sociale » (p. 32).